Aller au contenu

Pédophilie: les évêques lancent une commission indépendante

Pédophilie: les évêques lancent une commission indépendante
Les évêques de France, réunis en assemblée plénière, le 3 novembre à Lourdes, se sont penchés notamment sur l'indemnisation des victimes qui n'en ont pas bénéficié en raison d'une prescription des faits. Sanctuaire de Lourdes / Frédéric LACAZE/CIRIC

VIDÉO - Réunis à Lourdes, ils ont annoncé une série de mesures destinées à combattre ces abus qui entachent l'Église de France.

Après la compassion pour les victimes d'une minorité de prêtres pédophiles, l'action. Les évêques de France ont annoncé mercredi soir à Lourdes, où ils terminent jeudi leur assemblée d'automne, plusieurs mesures pour combattre le phénomène de la pédophilie dans le clergé.

La première mesure phare, annoncée par le président de l'Assemblée des évêques de France, Mgr Georges Pontier, est le lancement officiel d'une «commission indépendante» sur la pédophilie dans l'Église. Cette instance aura pour objet d'inventorier les faits passés de pédophilies dans le clergé catholique «depuis 1950», de les analyser pour comprendre comment on en est arrivé là, de formuler ensuite des «préconisations» à l'Église, dont le renforcement de «protocoles pour protéger les enfants». Elle devra aussi «évaluer les mesures prises» par l'épiscopat «depuis les années 2000». Elle sera notamment composée d'historiens, mais aussi de praticiens médicaux, de juristes (en droit civil et en droit canonique) et d'autres spécialistes utiles pour éradiquer ce phénomène et, pourquoi pas, de victimes. Son président, une personnalité laïque, serait actuellement pressenti, mais il n'est pas encore nommé. Son travail devra être terminé d'ici à deux ans au maximum.

Une charte de formation des séminaires

Le second train de mesures, décidé par l'Assemblée des évêques, touche l'indemnisation de victimes qui n'en ont pas bénéficié en raison d'une prescription des faits. «Un fond va être créé» à cet effet, a précisé Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, secrétaire général de l'épiscopat. Mais «en aucun cas il ne s'agit d'une indemnisation au sens juridique, a expliqué Mgr Luc Crépy, évêque du Puy-en-Velay et en charge de ces questions pour l'épiscopat, mais d'un geste de reconnaissance publique de l'Église. D'autant que le chemin de reconstruction de la personne n'est pas seulement financier.»

Par ailleurs, tant au niveau national qu'au niveau local, l'Église de France entend davantage «associer les victimes» ou les «personnalités de la société civile» pour affiner encore des programmes «de prévention» contre la pédophilie. Elle va aussi demander encore plus aux évêques pour la gestion de ces questions, notamment dans les paroisses. Par ailleurs, un «rapport précis sur l'état de la lutte contre la pédophilie sera publié régulièrement.» Sans oublier enfin, des «mesures d'accueil et d'accompagnement» pour des «prêtres ayant été des auteurs d'actes de pédophilie ou de prêtres présentant des fragilités».

» LIRE AUSSI - Pédophilie dans l'Église: les limites de la mise en place d'une commission parlementaire

La troisième mesure anti-pédophile porte sur la sélection des séminaristes et leur formation. Il se trouve que l'Église de France est en train de réécrire, à la demande de Rome, qui a lancé ce même chantier dans le monde entier, la charte de formation des séminaires. C'est Mgr Jérôme Beau, ancien évêque auxiliaire de Paris et tout nouvel archevêque de Bourges, qui pilote ce travail de long terme, qu'il a présenté à l'assemblée. L'axe fort de cette réforme de la formation des prêtres, explique-t-il, outre l'injection dans les programmes d'une meilleure formation psychologique, vise à renforcer «les critères d'évaluation objectifs auxquels seront soumis les candidats au sacerdoce à toutes les étapes de leur formation» et «à admettre, dans les conseils qui évalueront les candidats au sacerdoce, pas seulement des prêtres, mais aussi des femmes et des couples».

Dernier point, parmi d'autres, la mise en place d'un «accompagnement des jeunes ordonnés pendant les cinq premières années» pour éviter qu'un jeune prêtre ne se trouve trop seul lors de ses premiers pas après avoir vécu en communauté pendant ses sept années au séminaire. Bien que minoritaire dans le clergé - il y a 4 prêtres actuellement incarcérés en France et 10 mis en examen pour pédophilie, soit 14 individus, pour 15.000 prêtres en exercice -, le dossier pédophilie ronge le moral de l'Église de France et ses responsables. Ces dernières semaines, plusieurs prêtres et un évêque se sont fait agresser dans la rue ou dans un train parce qu'ils portaient un col romain.


Quelles sont les origines de la crise de pédophilie au sein de l'Eglise catholique ? - Regarder sur Figaro Live

Le Figaro Premium

Abonnez-vous pour 1€ seulement

Annulable à tout moment

Réagir à cet article

94 commentaires
  • Avatar
    rprunjourrprtoujours

    rien n'entache l'eglise de france, ce st les francs-macs et les autres sectes qui veulent l'entacher y compris les chretiens d'orient, les juifs se croient tt permis, les malades d'exotisme ont oublie de visiter leur psy, et les antigaullistes s'en prennent tjs a qui mieux mieux a tt ce qui fait partie de la france eternelle, dont l'eglise de france n'est qu'une facette parmi d'autres

  • Avatar
    demoulin c.

    Les journalistes ne savent plus écrire ! un fond > un FONDS, quand il s'agit d'argent !

  • Avatar
    Albator90

    Merci à l'église. Son action fera jurisprudence. Et bientôt la majorité des pédophiles qui ne sont pas pretres seront démasqués. Les pédophiles planqués et protégés dont certains nous dirigent seront mis sur la place publique. Et la la France verra la vérité....

  • AvatarAbonné
    Sentenza1

    D'un coté si l'église n'avait rien mis en œuvre, on lui serait tombé dessus quand même pour inaction. D'un autre coté quand on lit le communiqué de l'assemblée des évêques qui ne mentionnent aucunement la nécessité de prévenir la justice en cas de soupçons de pédophilie, on doute que cela serve réellement à quelque chose d'efficace.

  • Avatar
    Qubik

    Non ! Malheureusement ce n'est pas comme à l’éducation nationale. Car quand un enseignant pédophile est démasqué, ce n'est par le recteur qui prétends le juger, il le dénonce aux autorités judiciaires ! Chose qui ne fait pas l'église.
    D'où la nécessite absolue de faire un travail profond de réforme du code canonique, de reconnaître les victimes et les coupables.

  • Avatar
    2931466 (profil non modéré)

    Il aura fallu du temps pour que l'Eglise reconnaisse les abus sexuels commis sur des enfants, mais aussi sur des adultes à leur service! Et depuis l'origine de l'Eglise, les Papes qui connaissaient les faits, ont laissés cardinaux, et haut clergé se livrer en toute impunité à ces crimes!

  • Avatar
    Mitch Premier

    Le mal est fait.
    Réaction tardive et grotesque.

  • Avatar
    PedroMiguel2000

    " Des abus qui entache l'église " Il y va des abus sexuel dans toute les religions. Il suffit de voir cette femme qui s est vue menace de mort par les musulmans après avoir dénoncé les viols pendant la Mecque.

  • Avatar
    I watch your window I shake so scared

    Intéressant article publié dans La Croix hier sur le fléau des abus sexuels en France.
    Que tous les laïcards le lisent.

  • Avatar
    dudule48

    Un jour l'église catholique devra remettre en question le célibat des prêtres. Il s'agit bien de célibat et non de chasteté dont fait vœux le clergé régulier c.a d. celui qui vit en communauté. Le prêtre fait partie du clergé séculier, celui qui vit dans (dans le siècle) , dans la société au milieu des laïcs. Quand on lit l'histoire de l'instauration du célibat en 1123 au concile de Latran on ne peut pas passer sous silence la "grosse" question économique pour les responsables de l'église qui leur a fait prendre cette décision !!!
    De nos jours, on peut se poser cette question: est-ce que le célibat est toujours nécessaire pour consacrer sa vie à la religion ? D'autres confessions chrétiennes ne se posent pas cette question et l'efficacité de leur "clergé" n'en est pas moins diminuée. Pourquoi l'église catholique a-t'elle "gommé" pour les prêtres le versé 18 du chapitre 2 de la Genèse: "L’Éternel Dieu dit: Il n'est pas bon que l'homme soit seul; je lui ferai une aide semblable à lui". Pour les pasteurs protestants mariés, cette aide est extrêmement précieuse car très souvent elle prend une part active dans le ministère de son mari. Certes le mariage des prêtres ne réglera jamais totalement le problème de la pédophilie dans cette institution catholique car depuis des années, pour ne pas dire des siècles, il y a eu trop de silence sur ce sujet et les vieux démons ont la vie dure.

  • AvatarAbonné
    guetteurdelaube

    Beaucoup de beaux sentiments et de bonne volonté dans ces décisions.
    Mais la lutte contre la pédophilie dans le clergé passe d'abord par celle contre le lobby homosexuel puissant et efficace qui infecte l'Église.

  • Avatar
    JeanMiBal

    L'Eglise, et c'est tant mieux se meurt d'une mort lente et certaine. La chimie et la physique nous ont tout de même appris beaucoup de choses depuis qques décénnies.

  • AvatarAbonné
    Jean-Pierre Gosset

    Début d'une phrase extraite d'une méditation sur "Où donc est ton Eglise?" de F. Cassingéna-Trévedy * (Etudes nov 18): "Si édifiantes qu'elles soient, les prosternations prélatices laissent leurs spectateurs séculiers, sans gratitudes; ...". Ce texte éclaire un ressenti de plus en plus partagé dans l’Église de France, cette Eglise dont le lien avec les clercs se distend, ... et la France est loin d'être le seul ilot de perplexité.
    * Moine bénédictin, théologien à la kto.

  • Avatar
    Honorin

    Ils ont mis le temps pour se réveiller et prendre cette décision .

  • Avatar
    th44bzh

    Serait ce la naissance du Francicanisme ?

  • Avatar
    edward finley

    Personne ne fait confiance aux évêques.
    C'est a la police d'enqueter.
    L'Eglise doit arreter de se comporter comme une mafia.

  • Avatar
    bambou50

    Oui au mariage des prêtres !
    Ce vœu de célibat est complètement ridicule et font péter les plombs à certains

  • Avatar
    Qubik

    le problème est que l'église prétends gérer en son sein, ces problèmes qui relèvent de la justice civile et non de celle canonique.
    C'est un peu comme si un médecin pédophile devait être jugé par l'ordre des médecins et non par la justice.
    Si à cela vous ajoutez que l'église ne les punit même pas mais les transfère dans une autre diocèse, il ne faut pas aujourd'hui s’étonner de tous ces scandales qui éclatent, et que ne sont qu'une pointe de l'iceberg.

  • Avatar
    Vafat

    Ah , ils ont l'air fin les tenants de l'ordre moral et leur idéologie de contraintes et de frustrations concernant tout ce qui touche au sexe.
    C'est bien là où ils font fausse route mais jamais ils ne le reconnaitront.

  • Avatar
    pilot001

    Une bonne initiative, ensuite nous verrons bien ce qu'ils en font. J'aimerais la même chose dans d'autres milieux dont l'éducation nationale. Ensuite la plupart des agressions sur mineurs ont lieu dans le cercle familial ou trés proche.

faithtap.com, farsnews.com, yomiuri.co.jp, westernjournalism.com, filehippo.com, nydailynews.com, e-hentai.org, ehow.com, superuser.com, chron.com,