Aller au contenu

Forte hausse du nombre d'actes antisémites en France

VIDÉO - Le nombre d'actes antisémites en France a augmenté de 69% sur les neuf premiers mois de l'année, a révélé le premier ministre Édouard Philippe dans un message posté sur Facebook. Imprécises, ces statistiques ne mesurent toutefois pas exactement l'étendue du phénomène, mais indiquent des tendances.

Après deux années de baisse, les actes antisémites en France sont en très forte hausse (+69%) sur les neuf premiers mois de 2018, s'alarme le premier ministre Édouard Philippe dans une tribune publiée ce vendredi sur Facebook.

» LIRE AUSSI - L'antisémitisme gagne du terrain à l'université

«Chaque agression perpétrée contre un de nos concitoyens parce qu'il est juif résonne comme un nouveau bris de cristal», affirme le chef du gouvernement français, faisant référence à la funeste nuit de Cristal et à ses exactions nazies contre les Juifs en Allemagne, le 9 novembre 1938, il y a exactement 80 ans «Pourquoi rappeler, en 2018, un aussi pénible souvenir? Parce que nous sommes très loin d'en avoir fini avec l'antisémitisme», écrit Édouard Philippe, évoquant les chiffres «implacables» des actes antisémites en France sur la partie écoulée de 2018. «Alors qu'il était en baisse depuis deux ans, le nombre de ces actes a augmenté de plus de 69 % au cours des 9 premiers mois de l'année 2018», poursuit-il.

Après des chiffres élevés en 2015, les actes antisémites avaient nettement reculé en 2016 (-58%). La décrue s'était poursuivie en 2017 (-7%), avec 311 actes répertoriés. Après l'attentat antisémite de Pittsburgh, aux États-Unis, fin octobre, Édouard Philippe avait redit sa détermination à «ne rien laisser passer» en matière d'antisémitisme en France. Citant le rescapé des camps nazis Elie Wiesel pour avertir du «danger» de «l'indifférence», le premier ministre assure que «le gouvernement a précisément choisi de ne pas rester indifférent», en rappelant des décisions prises ces derniers mois.

Méthode statistique

Le gouvernement prépare notamment pour 2019 une modification de la loi afin de renforcer la lutte contre la cyberhaine, en mettant la pression sur les opérateurs du Net. «Dès la mi-novembre», une équipe nationale sera mobilisable «en permanence» au ministère de l'Éducation nationale pour intervenir dans les établissements scolaires en appui de tout enseignant confronté à l'antisémitisme, précise-t-il. Le récent plan du premier ministre contre le racisme et l'antisémitisme prévoit l'expérimentation d'«un réseau d'enquêteurs et de magistrats spécifiquement formés à la lutte contre les actes haineux», qui pourrait être étendu au niveau national, ainsi qu'un dispositif de pré-plainte en ligne afin de favoriser les signalements.

En France, les chiffres sur les actes antisémites, anti-chrétiens ou anti-musulmans sont à utiliser avec précaution. Il n'existe pas de statistiques officielles permattant de mesurer leur ampleur réelle. La loi interdit en effet de qualifier une agression selon l'origine religieuse de la victime. Lors du dépôt de plainte, seul le caractère raciste ou discriminatoire de l'infraction est retenu. Les chiffres dont on dispose sont fournis par des associations cultuelles - comme le Service de protection de la communauté juive, dépendant du CRIF - puis recoupés par les services du ministère de l'Intérieur. «C'est très consensuel, cela permet de déceler une tendance (à la hausse ou à la baisse), mais cela n'a aucune valeur statistique, et ne décrit même pas la réalité», déclarait François Pupponi, député et ancien maire de Sarcelles, sur Europe 1 en février dernier.

Origine des actes antisémites

Une autre question essentielle est celle de l'origine des actes antisémites. Depuis une trentaine d'années, à de rares exceptions près, les actes antisémites répertoriés ne sont plus le fait de groupes d'extrême droite, mais appartiennent aux «milieux d'origine arabo-musulmane», relevait la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) dès 2004 dans son rapport annuel. Plusieurs attentats djihadistes récents visant la communauté juive en sont la plus tragique illustration, à l'image de la tuerie commise devant le collège Ozar-Hatorah par Mohamed Merah en 2012 (quatre morts) et la prise d'otage de l'Hyper Cacher à Paris en 2015 (quatre morts également).

On compte également plusieurs meurtres dont le mobile antisémite est retenu par la justice, comme celui de Sarah Alimi en avril 2017 ou de Mireille Knoll en mars 2018. Ça n'a été le cas que dix mois après les faits dans le premier cas, ce qui a déclenché une vive polémique, de nombreux élus, intellectuels et représentants de la communauté juive dénonçant le silence entourant ce meurtre commis au cri d'«Allah Akbar». Dans l'affaire du meurtre de Mireille Knoll, le mobile antisémite a immédiatement été retenu. Si des doutes subsistent encore sur la réalité des déclarations antisémites de l'un des suspects, celui-ci aurait bien crié «Allah Akbar» au moment des faits. Deux meurtres qui rappellent également une autre affaire antisémite, celle du «gang des barbares» de 2006: une vingtaine de personnes, dirigées par Youssouf Fofana, ont enlevé, séquestré et torturé le jeune Ilan Halimi, qui est mort après une longue agonie.

Conflit israélo-arabe

En 2002, la CNCDH imputait les exactions commises contre les juifs à des «acteurs originaires des quartiers dits ‘sensibles'» dans le contexte particulier du conflit israélo-arabe. Ainsi, alors que les actes antisémites avaient nettement diminué à la fin des années 1990, ils ont réaugmenté avec la seconde Intifada (2000-2006). Une même recrudescence a pu être observée en 2009 après l'opération militaire «Plomb durci» de l'Armée israélienne à Gaza. De même en 2014, un nouveau pic à 851 coïncide avec la guerre de Gaza. Le chiffre toujours élévé de 2015 correspond quant à lui à une nouvelle vague de violences entre Israéliens et Palestiniens, parfois connue sous le nom d'Intifada des couteaux. Le nombre d'actes antisémites est donc fortement corrélés à l'actualité.

» LIRE AUSSI - Israël, Palestine: qu'est-ce qu'une «intifada»?

La baisse de leur nombre en 2016 et en 2017, rappelée par Édouard Philippe, ne doit pas donner l'impression d'un mouvement de baisse continue, mais peut traduire une moindre médiatisation du conflit israélo-arabe. À l'inverse, cette année, marquée par une recrudescence des actes antisémites, correspond aussi à un nouveau pic de violences à Gaza, à l'image de la «marche du retour», manifestation palestinienne annuelle commémorant la «Nakba» (exode palestinien de 1948). Cette année, correspondant au 70e anniversaire de cet événement historique en même temps qu'au moment du déménagement de l'ambassade américaine à Jérusalem, la manifestation s'est soldée par 120 morts et plus de 4000 blessés.

AFP agence
Le Figaro Premium

Abonnez-vous pour 1€ seulement

Annulable à tout moment

Réagir à cet article

306 commentaires
  • AvatarAbonné
    Vauclin99

    Et pourquoi cette augmentation incroyable ?

  • Avatar
    Krapkra

    La politique d'immigration massive a un coût, et tout le monde le sait. On ne peut pas à la fois ouvrir les frontières (en espérant ainsi remonter la natalité et sauver le système de retraite) et feindre de s'étonner de la montée des actes antisémites, antichrétiens et des attentats.

  • Avatar
    Castera Bordeaux

    Comme tous mes commentaires sont refusés, je vais essayer avec un qui a été déjà accepté.
    "Et que fait le gouvernement contre cette augmentation ? Rien, il constate!!!"

  • AvatarAbonné
    Jipan

    Quand on refuse de préciser l'origine réelle du problème (alors qu'on la connaît très bien) on continue à avancer dans le vague, en niant la réalité. Donc le problème perdure et s'éternise... Jusqu'à l'ultime limite et alors il sera trop tard.

  • AvatarAbonné
    Marie21520

    Et que fait le gouvernement contre cette augmentation ? Rien, il constate!!!

  • Avatar
    Le commentaire

    Il serait intéressant de connaitre quels sont les départements qui sont le plus impactés.

  • Avatar
    pujolm

    Ce qui prouve que la bêtise humaine est sans fin, l'histoire et les expériences passées n'ont pas suffis.

  • AvatarAbonné
    Raoul Gronard

    On ne peut quand même pas mettre un policier derrière chaque antisémite présumé.

  • Avatar
    yepheth

    Ce qui choque c'est la " forte hausse??!!!
    Combien d'agressions ? Combien de drames et de morts ?
    Dites quand est ce que cela deviendra intolérable ???
    Combien de statistiques faudra t'il??
    Ce ne sont pas des chiffres ce sont des hommes des femmes et des enfants !! Se sont nos frères et nos compatriotes !!

  • Avatar
    Béru72

    C'est bien de la part du premier Ministre, reste que la mesure proposée, sans nul doute efficace, est très loin de régler le problème, puisque les politiques se refusent à nommer les coupables, qui sont des musulmans ET des militants de l'extrême-droite, les modes opératoires des uns comme des autres sont bien connus des policiers.

  • Avatar
    motivé

    et du coup on fait quoi ?
    parce que quand l'extrême droite tousse on incrimine, on dissout des associations, répète sans cesse que c'est l'ennemi numéro 1
    mais maintenant, on compte agir de la même manière avec les islamo gauchistes ? car les faits qui s'accroit dans les universités, le sont aussi du a l'extrême gauche !

  • Avatar
    Christian Léon

    Un communautarisme avec les doigts sur posts au Moyen Orient, comme autant d'acomptes pour solde de tout compte. C'est cela qu'il faut stopper net !

  • Avatar
    castors33

    A peu prés 400 actes antisémites en France en 2018. A chacun de juger de l'ampleur du phénomène.

  • Avatar
    adieu

    Un mot également sur BDS

  • Avatar
    adieu

    Dans ce contexte comment interpréter l'éloge rendu à Pétain par Macron???

  • Avatar
    Fox_Mulder

    Afin d'être plus crédible il serait intéressant de savoir combien d'acte anti Musulman, anti Chrétien, anti juif etc... afin d'avoir une vue d’ensemble sur ce sujet. Peut-être aussi éviter de porter la kipa dans la rue qui est un signe ostentatoire et donc interdit me semble t-il.

  • Avatar
    adieu

    La responsabilité des pouvoirs publics est terrible.

  • Avatar
    Dupond la joie

    Rien sur les dégradations dans les églises?

  • Avatar
    Yves 53

    Une solution: créer une taxe ? Le gouvernement doit y réfléchir je pense.

  • AvatarAbonné
    assezparpitie

    Je me demande si certains font leurs commentaires sans avoir lu l'article qui dit trés clairement qu'aujourd'hui les actes anti-sémites sont d'origine arabo- musulmane ...alors inutile se s'interroger puisqu'on nous donne la solution...encore un héritage des bienfaits de l'immigration...

faithtap.com, farsnews.com, yomiuri.co.jp, westernjournalism.com, filehippo.com, nydailynews.com, e-hentai.org, ehow.com, superuser.com, chron.com,