Aller au contenu

Yémen : la vie de 59 enfants hospitalisés à Hodeida menacée par les combats

Yémen : la vie de 59 enfants hospitalisés à Hodeida menacée par les combats
Une fillette souffrant de malnutrition dans l'hôpital de Sanaa. KHALED ABDULLAH/REUTERS

Depuis cinq jours, cette grande ville portuaire de l'ouest du Yémen est le théâtre d'intenses combats entre rebelles et forces progouvernementales. L'Unicef a averti, ce mardi, que les violences se rapprochaient «dangereusement» d'un hôpital où sont soignés 59 enfants.

La vie de 59 enfants dans un hôpital de Hodeida est menacée par les combats entre rebelles et forces progouvernementales dans cette ville de l'ouest du Yémen en guerre, a averti ce mardi le Fonds de l'ONU pour l'enfance (Unicef). «Les combats intenses dans la ville portuaire de Hodeida se sont rapprochés dangereusement de l'hôpital Al-Thawra, ce qui met en danger de mort 59 enfants, dont 25 sont en soins intensifs», a indiqué cette organisation dans un communiqué.

» LIRE AUSSI - Yémen: un conflit meurtrier qui s'enlise

«Le personnel médical et les patients à l'hôpital ont confirmé qu'ils entendaient le bruit de bombardements et d'échanges de tirs intenses. L'accès de et vers l'hôpital, le seul opérationnel dans le secteur, est désormais dangereux», a-t-elle ajouté. Selon l'Unicef, parmi les 400.000 enfants du pays qui souffrent de malnutrition sévère, 40% viennent de Hodeida et des régions voisines. «Certains parmi les plus malades sont transférés à l'hôpital de Hodeida».

Des équipes de l'Unicef sur le terrain distribuent de l'aide, dont des médicaments, de l'eau potable et des produits alimentaires pour venir en aide aux enfants qui souffrent d'une sous-alimentation grave, a poursuivi l'Unicef. Elle a appelé toutes les parties «à mettre fin aux combats près et autour de l'hôpital, à permettre aux civils d'y accéder en toute sécurité, et de cesser d'attaquer les infrastructures civiles, y compris le port de Hodeida». Près des trois quarts de l'aide humanitaire entrant au Yémen transite par le port de Hodeida, non loin de l'hôpital.

Vives inquiétudes pour les civils

Combattants progouvernementaux et rebelles se sont de nouveau affrontés ce mardi autour de la ville de Hodeida où des centaines de milliers de civils pourraient se retrouver piégés par une escalade des violences. Cinq jours d'affrontements à Hodeida entre forces loyalistes, soutenues par une coalition sous commandement saoudien, et rebelles Houthis, appuyés par l'Iran, ont fait au moins 150 morts de part et d'autre. Ce bilan partiel inclut les corps de 49 Houthis amenés mardi matin dans deux hôpitaux de Bajil, un quartier de Hodeida, selon des médecins.

» LIRE AUSSI - Yémen: les deux camps attendus à Genève

Les rebelles ont confirmé que les combats, accompagnés de raids aériens, avaient été violents, via leur chaîne de télévision Al-Massirah. Celle-ci a déclaré que les Houthis avaient en échange «visé les envahisseurs et les hypocrites, sur le littoral» de la mer Rouge, où se trouve Hodeida. La coalition anti-rebelles, dont les deux piliers sont l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, a assuré qu'elle n'avait aucunement l'intention de lancer une offensive totale sur cette cité portuaire, précisant que les opérations en cours visaient à «élargir les périmètres de sécurité dans certaines zones». Des responsables des forces progouvernementales yéménites ont cependant fait état de tentatives d'encercler la ville et de couper des voies d'approvisionnement des Houthis.

Ces développements militaires interviennent alors que la crise humanitaire s'aggrave au Yémen, où 14 millions de personnes sont en situation de pré-famine selon l'ONU, qui tente par ailleurs de relancer des pourparlers de paix d'ici fin novembre. Le pays est de fait quasiment divisé en deux, les forces progouvernementales contrôlant le sud et une bonne partie du centre et les rebelles le nord et une bonne partie de l'ouest. Outre Hodeida, les Houthis sont maîtres de la capitale Sanaa depuis fin 2014. Le gouvernement, qui s'est lui replié à Aden, tente désespérément de sauver une économie en faillite.

AFP agence
Le Figaro Premium

Abonnez-vous pour 1€ seulement

Annulable à tout moment

Réagir à cet article

23 commentaires
faithtap.com, farsnews.com, yomiuri.co.jp, westernjournalism.com, filehippo.com, nydailynews.com, e-hentai.org, ehow.com, superuser.com, chron.com,