Aller au contenu

Le recul de la liberté d'expression pointé du doigt à Hong Kong

Le recul de la liberté d'expression pointé du doigt à Hong Kong
Le journaliste Victor Mallet, rédacteur en chef pour l'Asie du Financial Times. AP

Un journaliste britannique s'est vu refuser l'entrée du territoire et la participation d'un écrivain chinois dissident à un événement littéraire a été annulée.

Correspondant à Pékin

Beaucoup d'observateurs y verront des preuves supplémentaires de l'érosion des libertés à Hong Kong. L'ex-colonie britannique, revenue dans le giron chinois en 1997, a refusé jeudi l'entrée sur son territoire à un journaliste britannique du Financial Times. Dans la même journée, l'écrivain chinois en exil Ma Jian a annoncé que sa participation à deux conférences du Salon littéraire international de Hong Kong avait été annulée par le centre artistique où a lieu cet événement.

En vertu du principe «un pays, deux systèmes» adopté lors de sa rétrocession, Hong Kong est censé jouir jusqu'en 2047 de droits qui n'existent pas en Chine continentale, dont la liberté d'expression. Mais de nombreux Hongkongais ont le sentiment que Pékin ne cesse d'accroître son emprise sur le territoire semi-autonome.

Victor Mallet, rédacteur en chef pour l'Asie du quotidien britannique s'était déjà vu refuser en octobre le renouvellement de son visa de travail à Hong Kong et avait quitté la mégalopole. Mais les services d'immigration lui ont refusé l'entrée sur le territoire après plusieurs heure d'interrogatoire, alors qu'il tentait d'y revenir en tant que visiteur, a précisé son employeur. Pourtant, les citoyens britanniques sont habituellement autorisés à entrer sans visa à Hong Kong et à y rester 180 jours.

«Choqué et abasourdi»

Les autorités hongkongaises n'ont pas expliqué leur refus de renouveler le visa de travail de Victor Mallet. Mais le journaliste les avait irritées en invitant en août Andy Chan, le dirigeant du Parti national, une petite formation indépendantiste, à une conférence du Club des correspondants étrangers (FCC), que Pékin avait tenté d'annuler. Ce Parti a été interdit par Hong Kong en septembre.

Le FCC s'est dit «choqué et abasourdi», parlant de «sanction grave et disproportionnée qui semble complètement sans fondement». Amnesty International a dénoncé un «signal affligeant» sur l'état de la liberté de la presse à Hong Kong et des «représailles» contre le journaliste britannique. Et Human Rights Watch (HRW), une autre ONG de défense des droits, a pour sa part relevé que la répression croissante des libertés à Hong Kong provoquait de «la censure et de l'autocensure». Le ministre de la Sécurité, John Lee, a assuré venderdi que le dernier refus d'entrée sur le territoire n'avait «rien à voir avec la liberté d'expression et la liberté de la presse», sans donner plus de précision.

Ma Jian, qui vit à Londres, est l'auteur de livres critiques sur la société chinoise qui sont interdits en Chine continentale. Il devait faire cette semaine la promotion de son dernier roman «China Dream», qui reprend le slogan phare de Xi Jinping, et ironise sur l'ambition du président chinois de redonner à la Chine sa fierté sur la scène internationale. Sa maison d'édition britannique a présenté l'oeuvre comme une «satire cinglante du totalitarisme». L'écrivain dissident de 65 ans a indiqué qu'il n'était pas parvenu à trouver d'éditeur hongkongais pour son dernier roman, pour la première fois de sa carrière.

Le directeur du tout nouveau centre culturel de Tai Kwun, Timothy Calnin, a déclaré que cet espace avait déprogrammé Ma Jian parce qu'il ne voulait pas «devenir une plateforme servant à la promotion des intérêts politiques d'un individu». «Je suis un romancier, pas un militant», a répondu, sur Twitter, Ma Jian, pour qui sans la liberté de pensée et de s'exprimer, «la vie n'a aucun sens». «Avant, Hong Kong était un lieu de refuge pour les arts et la littérature, un endroit où vous aviez l'impression que vous pouviez vous protéger de la Chine et trouver une vraie liberté de pensée. Mais aujourd'hui, cette période est lentement en train de disparaître», a-t-il expliqué au New York Times. L'auteur de «Nouilles chinoises» et «Beijing coma» a tout de même pris l'avion pour Hong Kong, où il est attendu vendredi après-midi. «Il y a une tendance claire selon laquelle ceux qui discutent de façon pacifique d'idées politiques sensibles, ou même offrent une plateforme pour débattre de ces sujets, sont de plus en plus sous pression», a déclaré Patrick Poon, spécialiste de la Chine à Amnesty International.

Le Figaro Premium

Abonnez-vous pour 1€ seulement

Annulable à tout moment

Réagir à cet article

54 commentaires
  • Avatar
    Hoka Psice

    Les droits de l'homme? En Iran? En Arabie saoudite? En Inde? En Afghanistan? Là oui. Mais HK !!! Juste un visa refusé? Quelle histoire!

  • AvatarAbonné
    Arcusgi

    je na savais pas que Hong-kong était en France, car si on juge par les commentaires refusés, les excluions arbitraires de tous les débats, il semblerait que Hong-Kong soit un pays de la liberté interdite en macronie flamboyante.

  • Avatar
    Lord_Byron

    C'est le xing ping qui se prend pour Mao.
    La Chine est le plus grand big brother de tous les temps et ce sera encore pire avec les années et les progrès de la technologie.

  • Avatar
    antoine dupuy

    Dixit un ami de hk, la chine a la main mise totale depuis 3 ans sur l'île. Le reste est de la com. Il n y a pas deux systèmes comme promis pour 50 ans.

    Moralité: ne rien faire avec la chine, ils ne respectent jamais leurs engagements.

  • Avatar
    jhfl44

    Pas utile d'aller si loin en France cela devient un réalité et cela va de pire en pire !!

  • Avatar
    1888

    La gauuuuche : Chine, Vénézuela, Turquie, Russie, Corée du Nord, la grande partie des pays musulmans, pour ainsi dire TOUS.
    L'Europe ne doit plus accepter de se faire coloniser, c'est au peuple de décider...sans aller dans des excès nous rappelant de mauvais souvenirs...nous devons savoir imposer NOTRE EUROPE et ne plus laisser les politiques faire leur magouille!

  • Avatar
    Kicker

    tous les jours, des gens ont été tués dans la rue aux USA ( comme hier en Californie ), bravo la liberté !

  • Avatar
    Kicker

    hier, Trump a expulsé un journaliste de CNN de la Maison blanche, donc, je ne vois pas le problème de ce journaliste anglais.

  • Avatar
    l zitrone

    On a du mal à exporter les A380, mais au moins, la France arrive à exporter le recul de la liberté d'expression. De quoi redorer notre balance commerciale. Espérons que Valls, Macron et consorts n'ont pas oublié de déposer le brevet.

  • Avatar
    Pierre Wanadoo

    En passant sous le joug de la Chine j'espère qu'ils ne s'attendaient pas à avoir plus de liberté, seulement ça il fallait y réfléchir avant d'éjecter les Anglais.

  • Avatar
    Laurent Merisier

    Vous avez la liberté de vous mettre entre l'impression et l'expression. J'ai l'impression que tout ce qui est bâti, inventé, imaginé... par les hommes c'est l'expression de leur imaginaire, pas l'expression de la nature, la nature n'a pas besoin de télévision, de portable, de journal, des musées...

  • Avatar
    antio

    ben oui my lord, ce n'est plus ta colonie.

  • Avatar
    thai888

    Pas plus tard qu'hier aux US, à la maison blanche et aux conférences de presse ... La liberté d'expression est aussi très limitée pour rappel !

  • Avatar
    Yajean

    Hong kong c'est la chine

  • Avatar
    Yajean

    Hong Kong c'est la Chine dun mari de la chanteuse.

  • Avatar
    Benoit S. 1

    A Hong Kong ils doivent commencer sérieusement à regretter l'époque où ils étaient colonisés par l'empire britannique...

  • Avatar
    prapin

    en France,on ne peut dire que ce qui est permis par certains. c'est la liberté d'expression made in Gauche.

  • Avatar
    jean charles cotonnet

    Figurez vous que j'ai eu l'impression, quelques fois, qu'il en était de même quand l'ont osait donner franchement son opinion sur "certaines choses"...
    ..dans le Figaro..

  • Avatar
    victor breton

    La signature d'un dirigeant communiste chinois ne vaut rien. Mais qui ne le savait pas ?

  • AvatarAbonné
    Arnaud Ka

    Pendant ce temps-là, la France se vend aux Chinois...

faithtap.com, farsnews.com, yomiuri.co.jp, westernjournalism.com, filehippo.com, nydailynews.com, e-hentai.org, ehow.com, superuser.com, chron.com,